La Fondation Groupe Jean Vorbe au secours
des victimes de l’Ouragan Matthew

Trajectoire partielle de l'ouragan Matthew dans la Caraïbe

Le 4 octobre 2016, la République d’Haïti a été durement frappée par l’ouragan Matthew. C’est le cyclone le plus meurtrier à affecter le pays depuis le mémorable ouragan Hazel qui, en 1954 causa la mort de plus de 1000 personnes. L'ouragan Matthew a détruit tout sur sa trajectoire, plusieurs villes et villages de la Grand’Anse, du Sud, des Nippes, de l’Ouest et du Nord’Ouest ont été quasiment rasées.

Fidèle à sa philosophie de solidarité avec toute région d’Haïti meurtrie par une catastrophe naturelle, la Fondation a immédiatement offert son aide citoyenne aux victimes et aux collectivités territoriales. Ainsi, dès le 5 octobre, elle s’était mobilisée pour apporter son soutien aux victimes de l’ouragan dévastateur dans les départements de l’Ouest, des Nippes et du Sud.

Dans cette intervention, l’objectif de la Fondation était double. D’une part, permettre aux personnes les plus vulnérables de boire et de manger et, d’autre part, faciliter l’accès des véhicules aux zones durement affectées par l’ouragan.

Ainsi dans les départements de l’Ouest, du Sud et des Nippes, la Fondation à acheminé des camions contenant de l’eau de la nourriture et a procédé à la distribution de ces produits aux habitants durement affectés.

Le cyclone a causé des dégâts immenses tant au niveau des biens personnels et  des plantations agricoles des habitants que des infrastructures routières et des pistes des zones rurales. Les secours en provenance d’institutions publiques, d’ONG et autres ne pouvaient pas être acheminés dans les premiers jours après le passage de Matthew car les voies d’accès étaient obstruées par les arbres déracinés, les coulées de boue ou les  éboulements de pierres.

Dans toutes ces communautés, l’ouragan a laissé derrière lui, ruines, maladies, destruction et morts. Les gens dont les maisons ont été complètement détruites sont obligés de prendre abri chez le voisin ou le parent dont la maison, par chance, a su résister aux vents violents et aux pluies diluviennes. Ainsi, aujourd’hui, dans ces zones, une maison ‘’rescapée’’ peut abriter une dizaine de familles. Avec la recrudescence du choléra, il est à craindre que cette promiscuité ne soit la cause de centaines de morts additionnelles. Plus de neuf cent ont été denombree apres le passage de cet ouragant.

La Fondation Groupe Jean Vorbe lutte pour que pour que les familles les plus affectées, plus particulièrement celles ayant des enfants en bas âge, puissent à nouveau avoir un toit et recommencer à travailler la terre pour subvenir a leurs besoins.

Que ceux qui souhaitent apporter leur aide matérielle ou autres à la Fondation Groupe Jean Vorbe soient, dès maintenant, vivement remerciés.

Retour à la page précédente

Fondation Groupe Jean Vorbe - Décembre 2016